TRIBUNE – Laurence Comte-Arassus : « On ne réformera pas le système de santé sans les industries de santé » (Les Echos, 20 Février 2018)

By 20 février 2018Tribune

On ne réformera pas le système de santé sans les industries de santé

En s’attaquant à la question de l’organisation de la santé en France et en donnant toute sa place aux parcours de santé et à la qualité des soins, la réforme du système de santé va dans le bon sens. Mais pour pleinement réussir, elle doit aussi s’appuyer sur l’innovation technologique portée par les industries de santé qui est un puissant moteur de cette transformation.

Face aux défis auxquels est confronté le système de santé français, le Président de la République a établi un diagnostic clair, mettant en avant la nécessité de revoir en profondeur l’organisation des soins. En proposant de développer une plus forte complémentarité entre les acteurs publics et privés de l’offre de soins mais aussi entre la ville et l’hôpital ainsi qu’en positionnant le patient au cœur du système de santé, le Gouvernement consacre la logique de parcours et, au-delà, la place centrale que doit occuper la mesure des résultats. L’évolution, dès 2019, des modalités de financement de la prise en charge du diabète et de l’insuffisance rénale chronique viala mise en place d’un financement au forfait est la première illustration de cette vision nouvelle.

Un acteur majeur de la transformation oublié

Cette vision est partagée par les industries de santé qui sont nombreuses à avoir fait, depuis plusieurs mois déjà, la promotion de cette approche et de ses vertus. Elles l’ont fait parce qu’elles sont partie prenante de la chaîne de soins et un acteur à part entière du système de santé. Elles l’ont fait parce qu’au-delà de leur rôle de fournisseur, elles sont investies d’une responsabilité plus large, de nature certes économique mais aussi sociétale. Elles l’ont fait parce qu’elles sont, à l’instar de tous les acteurs, en quête de sens et qu’il n’y a pas de meilleur sens que celui de la Valeur, c’est-à-dire des résultats qui importent aux patients. Elles l’ont fait, enfin, parce qu’il est juste, lorsque l’on poursuit collectivement un même but, celui de conserver un système de santé pérenne et solidaire, d’être considéré comme un partenaire. Elles entendent donc, plus que jamais, continuer à le faire.

Or si le dernier Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS) semblait conférer cette position de partenaire aux industries de santé, force est de constater que la réforme présentée n’en laisse rien paraître. Cette absence de signal est d’autant plus regrettable que les industries de santé, tout particulièrement celle du dispositif médical, par leur capacité d’innovation et le champ des thérapies qu’elles traitent, constituent des acteurs majeurs de la transformation.

Construire la santé de demain sans l’innovation est impossible

Leur refuser ce rôle de partenaire est d’autant plus paradoxal qu’il est indispensable d’intégrer l’innovation dont les industries de santé sont porteuses pour construire la santé de demain.

L’innovation en santé ne modifie pas seulement la prise en charge thérapeutique mais, au-delà, impacte fortement l’organisation des acteurs et le parcours du patient. L’innovation organisationnelle permise par les produits de santé propose de véritables leviers pour fluidifier la prise en charge, faciliter le retour à domicile, limiter les actes non pertinents et, au final, rendre du temps médical utile pour les médecins au bénéfice des patients. L’exemple de la télésurveillance illustre à lui seul ces différents aspects et, pourtant, demeure sous un statut d’expérimentation.

Gageons que les discussions qui vont s’engager dans le cadre du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) pour 2019, qui doit porter les premières mesures de cette réforme, seront l’occasion pour les industries de santé de prendre leur place dans ce travail de transformation et de s’engager sereinement, aux côtés de la Ministre de la Santé, de la communauté médicale et des patients, dans cette refondation nécessaire de notre système de santé.

Laurence Comte-Arassus, Présidente de Medtronic France : Réussir la transformation de notre système de santé – tribune parue dans Les Echos le 20 Février 2018. 

Leave a Reply

quatre − un =